Anarchie au pays du Lean Six Sigma, retour à la source

 

Lancez une recherche sur les mots ‘Lean Six Sigma’ dans un moteur de recherche et vous découvrirez que Google peut vous en découvrir plus de 14 millions d’occurrences. Il faut bien avouer que pour découvrir ce qu’est Lean Six Sigma, 14M d’occurrences, ça fait vraiment beaucoup. D’où cette brève présentation de 10 minutes à peine qui permet à tous d’avoir une vue d’ensemble de ce qu’est Lean Six Sigma.

Jargon pour les nuls

Cela fait maintenant plus de 3 ans que je travaille dans la société The Lean Six Sigma et en ma qualité de marketeer j’ai déjà passé des heures et des heures à analyser le marché et à sonder les idées qui circulent sur Lean Six Sigma sur les différents sites web. J’ai été particulièrement frappé par la prolifération des noms utilisés pour désigner les professionnels Lean Six Sigma. Il m’a donc fallu pas mal de temps pour distinguer l’arbre dans la forêt et pouvoir remettre à leur place tous les professionnels Lean Six Sigma dans un schéma standardisé qui reprenne les différentes Belts et leurs caractéristiques par rapport à Lean.

Petite leçon d’histoire

Pour expliquer le plus efficacement possible les différences entre Lean, Six Sigma, l’organisation et ses collaborateurs, il est important que je vous rappelle brièvement l’histoire de Lean et Six Sigma.

Lean

En gros, on peut dire que la philosophie Lean a été développée dans les années 1960 au Japon par Eiji Toyoda et Taiichi Ohno de Toyota. Dans les années 1960, Lean était un concept né de la philosophie de la production de masse d’Henry Ford (et perfectionné par Alfred Sloan de GM) dans le but de pouvoir égaler les gros volumes de production des constructeurs automobiles américains. Après la Deuxième Guerre mondiale, le Japon était vidé de toutes ses ressources et il était donc tout simplement impossible à Toyota de se lancer dans une production de masse à l’image de la production de masse américaine. À cela, s’ajoutait aussi que les travailleurs japonais n’auraient jamais accepté d’effectuer un travail à la chaîne monotone pendant des heures et des heures. Toyota devait donc se montrer créatif. La solution d’Eiji Toyoda et de Taiichi Ohno fut de mettre au point le Système de production Toyota qui constitue la base de Lean. À ceux qui veulent en apprendre plus, je conseille The Machine That Changed the World et Lean Thinking de James P. Womack.

Six Sigma

Le nom Six Sigma a été créé par Bill Smith de chez Motorola en 1986. Smith considérait la variation comme la principale source d’erreur de production et baptisa sa théorie Theory of Latent defect. Cette théorie reposait sur les découvertes de gourous plus anciens de la qualité comme Walter Andrew Shewhart et William Edwards Deming. Le principe à la base de cette théorie est que la variation dans les processus constitue la principale cause d’erreur. Eliminer la variation contribue donc à réduire les erreurs. Et au final aussi à diminuer les gaspillages supplémentaires liés aux erreurs comme le rework et le scrap et à ainsi faire baisser les coûts d’exploitation. Cela permet aussi d’augmenter la satisfaction du client (produits de meilleure qualité). Bref: Peu de variations est égal à peu d’erreurs, à des coûts plus faibles et à une qualité supérieure. En résumé, Six Sigma a donc été développé par Bill Smith de Motorola, mais la méthodologie d’amélioration des processus n’est devenue vraiment connue qu’avec Jack welch de General Electric. Jack Welch a implémenté Six Sigma au niveau de l’ensemble de l’organisation de GE et l’a développé de sorte que la méthodologie puisse aussi être utilisée en dehors des services de contrôle qualité de GE. En savoir plus sur le contenu de Six Sigma ? Cliquez ici

Les professionnels de Lean Six Sigma

Dans le monde de Lean Six Sigma, il faut faire la distinction entre plusieurs professionnels Lean Six Sigma. Je constate que, du fait de la popularité croissante des méthodes, de plus en plus fournisseurs proposent des titres commerciaux. Cette tendance augmente le flou qui règne sur le jargon déjà important lié à ces méthodes. Voici donc un aperçu des titres reconnus sur le plan international :

  • Champion (propriétaire du programme Lean Six Sigma – de préférence un boardmember)
  • Master Black Belt (gestionnaire fulltime du programme Lean Six Sigma et formateur Black/Green Belt)
  • Black Belt (Projectmanager Lean Six Sigma fulltime et formateur Green Belt)
  • Green Belt (membre de l’équipe Lean Six Sigma à temps partiel)
  • White Belt (toute personne disposant de connaissances de base sur Six Sigma)
  • Lean Thinking (quelqu’un qui dispose de connaissances de base sur Lean)
  • Lean practitioner (project manager Lean)
  • Lean sensei (Formateur des spécialistes Lean)

Initialement, il y avait les améliorateurs de processus Belts qui utilisaient la méthode Six Sigma. Depuis 2002, avec la parution du livre : Lean Six Sigma : Combining Six Sigma Quality with Lean Production Speed van Michael L. George, il y a un consensus mondial sur le fait que les Belts doivent aussi connaître Lean. Inversement, un Lean practitioner et un Lean Sensei ne doivent pas, par définition, connaître Six Sigma. Notre guide des formations reprend la description exacte des connaissances de chaque spécialiste.

Lean Sensei et Master Black Belts : Spécialistes expérimentés

Dans la pratique, on constate que la majorité des formations suivies sont celles de Black Belt ou Green Belt (connaissance de Lean Six Sigma) ou Lean practitioner (connaissance de Lean). Pour devenir Master Black Belt il ne suffit pas, en effet, de suivre uniquement une formation théorique. Les Black Belts doivent au moins avoir réalisé 5 à 10 projets liés à des économies annuelles de 1 million d’euros ou plus. En outre, un Master Black Belt doit aussi pouvoir former et coacher les Black Belts dans leurs projets.  Et cela n’est aussi possible que si l’on dispose d’une solide expérience pratique. Il en va de même pour le Lean Sensei. Le Lean Sensei est un Lean practitioner qui jouit d’une grande expérience dans les projets Lean et peut, en se basant sur cette expérience, former et coacher les autres.

Schéma des professionnels Lean Six Sigma

Lean-Six-Sigma-professionals-schematisch-weergegeven2