5 arguments pour prouver que le Lean n’est pas une philosophie de cost-cutting sauvage

5 arguments pour prouver que le Lean n'est pas du cost-cutting

Si la philosophie Lean a convaincu de nombreuses entreprises de l’adopter, force est de constater qu’elle ne fait pas l’unanimité. En effet, la méthodologie souffre injustement d’une réputation sulfureuse : ses plus fervents détracteurs la considèrent comme une politique aveugle de cost-cutting déguisée en un simulacre d’efficacité pour faucher dans le personnel. Alors que cette crise du coronavirus va indéniablement forcer les entreprises à réduire leurs coûts, que des managers et chefs de projets créatifs y feront face avec les outils Lean, comment réconforter les équipes du terrain et les membres du syndicat ? Comment leur faire comprendre que non, le Lean n’est pas cette méthode glaciale de diminution des coûts au détriment de l’humain ? Voici 5 arguments pour rassurer votre personnel et prouver que le Lean n’est pas une philosophie de cost-cutting sauvage.

Tout a commencé avec une politique de cost-cutting sauvage et présentée comme étant du Lean…

La tension dans la salle est palpable. Membres du syndicat et équipes opérationnelles voient rouge. L’annonce vient de tomber : pour que l’entreprise soit rentable, il va falloir réduire les coûts… et vite ! Mais pas de panique, un prestigieux cabinet de consultance va se charger du projet et pointer là où ça coûte, « là où ça fait mal » disent les murmures. Pour faire preuve de transparence, un PowerPoint avec plusieurs dizaines de slides défile. Au menu de ces prochaines semaines chargées : le gel des formations, l’annulation des déplacements aux divers congrès, l’interdiction d’engager du personnel supplémentaire et par conséquent, la suppression des contrats à durée déterminée et intérim. Mais ce n’est pas tout, les slides continuent de s’enchaîner : le remplacement d’une partie du personnel ouvrier par des automates, l’externalisation de certains services et la délocalisation d’une division de la production au Bangladesh. L’assemblée qui a écouté attentivement ces projections peu réjouissantes, ressort de la salle dépitée, les dents serrées et en colère. Mais surtout, elle vient de découvrir un nouveau mot qu’elle déteste déjà : Lean ! Parce que bien sûr, pour rendre cette annonce moins indigeste, il a fallu l’enrober dans une démarche d’amélioration et de méthodologie Lean.

Cette histoire ne vous est pas étrangère n’est-ce pas ? Dans le monde des entreprises, qui n’a jamais assisté à de pareilles scènes ? Hélas, ces scénarios bien réels ne redorent pas le blason de la méthodologie Lean. Son utilisation détournée par de nombreux financiers et cabinets de consultance lui porte injustement préjudice. Si utiliser le Lean management est un bon moyen de diminuer toute forme de gaspillage et par conséquent de réduire les coûts, il ne s’inscrit pas dans une démarche court-termiste de cost-cutting. Les deux philosophies ont des finalités notables bien opposées et les arguments pour les différencier n’en manquent pas ! La preuve ci-dessous…

5 arguments qui prouvent que le Lean n’est pas du cost-cutting

 

1. Le Lean recherche avant tout la valeur ajoutée pour le client

Quelles sont les étapes du processus qui ont une valeur ajoutée pour le client, quelles sont celles qui sont inutiles et qui n’apportent rien ? Le Lean répond à ces questions en plaçant les besoins du client au centre (Voice of customer). Cette approche diffère du cost-cutting qui se concentre uniquement sur les résultats.

2. La méthodologie Lean a une approche centrée sur le travail d’équipe

Grâce à des outils tels que le VSM (cartographie de flux de valeur) ou encore Kaizen, toutes les strates de l’entreprise sont sollicitées pour supporter le projet. Les managers pour mobiliser les ressources, les experts pour leurs connaissances pointues et les gens du terrain pour leurs observations quotidiennes. Cette approche centrée sur le travail d’équipe amène une adhésion et surtout elle diminue toute résistance au changement. Un argument de taille : avec le cost-cutting, les décisions sont du type « top-down » et unilatéral !

3. Dans le Lean, il n’est pas question de détériorer la qualité au détriment d’une économie de coûts

Que du contraire ! En élimant les 7 types de gaspillages, les processus Lean se concentrent sur une fabrication efficace et améliorent ainsi la qualité. Toute réduction de gaspillages tels que des stocks excédentaires, de temps, de mouvement diminue les coûts et transforme tout processus indigeste et coûteux en un processus plus fluide. À la clef donc une belle économie ! Dans le cost-cutting, qu’importe la qualité, le but est une réduction de coûts immédiate. Si sur le court terme, cette méthode porte ses fruits, elle ouvrira grand la porte à de futurs problèmes de taille pour l’entreprise : diminution de la satisfaction client, augmentation des plaintes…

4. Le Lean est la théorie des petits pas qui amènent de grands changements

Et pour cela, la réduction des coûts avec le Lean se fait par des Kaizen. Elle ne se pratique pas en « batch » en période de crise, mais détecte au quotidien tous les petits problèmes parasites avant qu’ils ne se transforment en un tsunami incontrôlable. Réaliser des Kaizen quotidiens a pour objectif de :

  • découvrir ce que nous ne savons pas
  • inscrire ainsi la réalité de l’entreprise dans un cercle vertueux où chaque petit gain contribue à une construction durable de productivité et de valeur.

Très différent du cost-cutting qui s’apparente à un énorme projet ciblant les changements à grands impacts.

5. La raison d’être du Lean est l’amélioration en continu

Une entreprise Lean est une organisation apprenante, qui se remet tous les jours en question et implique tout son personnel à la recherche de l’excellence. Les projets d’amélioration se suivent, mais ne se ressemblent pas ! Chaque nouveau projet est une opportunité pour faire encore mieux. Le cost-cutting, lui, fonctionne en « one shot » et applique la théorie « une seule occasion pour bien faire les choses ».

 

En conclusion: le Lean réduit les coûts mais pas au détriment de l’humain!

Vous l’aurez compris, appliquer les outils du Lean pour espérer réaliser une réduction de coût massive ne marchera pas. Le Lean management, c’est être à l’affût quotidien de tous ces gaspillages, de toutes ces actions qui n’ont aucune valeur ajoutée et valoriser les talents de l’entreprise sans les déclasser. Le Lean, c’est tous ces projets Kaizen qui mis, bout à bout, auront un réel impact sur la trésorerie de l’entreprise et la réduction de coûts sans sacrifier son capital humain.

Avec cette crise de la Covid, les entreprises vivent une période cruciale qui va les pousser à revoir leurs coûts. La résistance et les craintes du personnel terrain seront toutes légitimes. Alors, pour les rassurer, que diriez-vous de faire preuve de pédagogie avec ces 5 arguments et de prouver une fois pour toutes que le Lean n’est pas une philosophie de cust-cutting sauvage ? Et comme l’expliquait si bien cet excellent article de l’Institut Lean : « Diminuons les coûts… Oui, mais pas n’importe comment ! »

Pour un complément de lecture, voici quelques suggestions:

Vous aussi vous voulez réduire les coûts de votre organisation? Convaincu par ces 5 arguments qui prouvent que le Lean n’est pas du cost-cutting, vous voulez être accompagné pour son implémentation? Contactez-nous et discutons-en!