Pourquoi la dégustation vous aidera à choisir une formation Lean Six Sigma

dégustation pour choisir formation Lean Six Sigma

Goûter, tester le produit avant de valider son processus d’achat… Cela devait-être une règle généralisée, vous ne trouvez pas ? Elle éviterait bien des déceptions en tout cas. Chez The lean Six Sigma Company nous l’avons compris depuis longtemps. Nous proposons, notamment pour cette raison, une dégustation. Cette mise en bouche présente la méthodologie et simplifie la décision de toute personne intéressée par une de nos formations. La dernière en date a eu lieu le 30 janvier dans nos nouveaux quartiers au Buzzynest. Pour que vous en ayez une idée plus concrète, nous allons vous faire revivre cet atelier comme si vous y étiez !

Des participants de tout horizon et des attentes diverses

Presque 18 h… Notre formatrice Kasia vérifie les derniers détails : les plaquettes nominatives, les tables placées en U, le PowerPoint de présentation, les livres et le buffet dinatoire. Tout est fin prêt pour accueillir chaleureusement les participants. Rien ne manque. Il ne leur restera plus qu’à prendre confortablement place.

Tiens, et en parlant, d’eux… Au compte-goutte, ils arrivent nos inscrits à la dégustation. Par une poignée de main franche, Kasia fait connaissance avec chaque arrivant. Sans trop d’effort de la part de notre formatrice, les membres du groupe d’inconnus échangent naturellement entre eux. « Et vous, de quel secteur venez-vous ? » peut-on entendre. La phrase d’accroche banale au premier abord a la force de tisser les liens et délier les langues.

Détail frappant : le groupe est étonnement hétérogène. Du CEO d’une startup, à l’employé d’une boîte d’équipements médicaux en passant par le salarié d’une grande enseigne sportive ou encore du collaborateur d’un service public, tous les secteurs semblent réunis ce soir. Diverses raisons justifient leur présence :

  • Certains ont déjà des affinités avec le Lean. Quels bénéfices en retiraient-ils en se formant davantage ?
  • D’autres aimeraient lancer une démarche d’amélioration continue en concordance avec la politique qualité de leur entreprise ou encore pour améliorer leur processus
  • Et quelques-uns sont même là en éclaireur : envoyés par leur hiérarchie, leur rôle est d’estimer si la méthodologie Lean Six Sigma pourrait leur être utile.

Après ces premières présentations, la dégustation commence pour de vrai. Kasia interpelle sans plus attendre le groupe : « Que vous évoque le mot Lean ? ». D’abord, quelques hésitations, puis les réponses tombent. Efficacité, efficience viennent à l’esprit primitivement. Un du groupe prend très franchement la parole : des processus mal rodés génèrent des frustrations tant du côté client interne qu’externe.

Notre formatrice saisit la balle au bond, le moment est idéal pour leur présenter le concept de Kaizen, Voix du client et des 8 gaspillages. Mais comment faire pour ne pas perdre les participants avec de la théorie, certes intéressante, mais abstraite aux yeux de certains ? Kasia a plus d’un tour dans son sac et sait exactement ce qu’il faut faire. «Chez The Lean Six Sigma Company, nous savons par expérience que pour comprendre, appliquer de nouveaux concepts, il faut les tester, il faut les goûter ». Il est temps de jouer au Lean Game dit-elle d’un sourire malicieux.

Chez The Lean Six Sigma Company, nous savons par expérience que pour comprendre, appliquer de nouveaux concepts, il faut les tester, il faut les goûter.

La dégustation, plus qu’un jeu, une simulation grandeur nature d’un processus de production classique

Très certainement le clou de cette soirée. Le jeu et ses consignes paraissent simples. Il suffit de « simuler » en grandeur nature le processus de production d’une composante d’une société fabriquant des alarmes. De la commande jusqu’à la livraison client. Easy, expliqué comme cela. Assigné à un rôle de la chaîne (planning, production ou encore client), chaque participant lit attentivement les instructions. Petite précision pimentant le jeu: toutes les 20 secondes, le client passera une nouvelle commande et cela 20 fois de suite.

Le compte à rebours démarre et c’est parti. Dans une ambiance à la fois bonne enfant et studieuse, les participants exécutent leurs tâches. Enfin, certains… Car rapidement un goulot d’étranglement se forme entre deux services phares. Leur stress est clairement perceptible, ça ricane nerveusement alors que d’autres se tournent les pouces et pourraient jouer tranquillement aux dames. Après 15 périodes, Kasia s’approche du client : « Alors ? ». Dépité, celui-ci n’a toujours rien reçu de la part de la production.

Arrive le dernier coup de sifflet, la partie est terminée et le résultat parle de lui-même : seulement 2 composantes produites.

Notre formatrice en profite pour recueillir les feedbacks à chaud. « C’était très stressant » ; « Le processus peut être grandement amélioré »« Pour le prochain tour, c’est certain, je veux optimiser mon travail » ; « J’ai perdu beaucoup de temps à faire les mêmes tâches deux fois pour rien ! »

Pour le prochain tour, c’est certain, je veux optimiser mon travail

Le débriefing du Lean game , l’introduction au VSM et un débat animé

Sur ces paroles et l’excellente dynamique du groupe, Kasia en profite pour introduire un des outils les plus importants du Lean : Le value stream mapping ou la cartographie des chaînes de valeur. Tous réunis devant le brown paper, notre formatrice leur explique qu’avant même de vouloir améliorer un process, décrire la situation telle qu’elle est avec ses tâches à valeur ajoutée et à valeur non ajoutée est le b.a.-ba. Très spontanément, les participants se confient sur leurs propres expériences, leurs anecdotes quotidiennes du terrain. Le Lean Game a clairement eu un effet de cohésion donnant lieu à un débat très pertinent : « Oui, mais en appliquant le Lean aux process, tout deviendra automatisé, le travail de certains employés deviendra inutile… (sous -entendu, ils seront en trop dans l’entreprise )»

Un des participants contre-argumente : « Personne ne sera licencié, les gens seront placés et reformés là où ils ont une réelle valeur ajoutée… Nous avons automatisé certains de nos processus, aucun collaborateur n’a été mis dehors, que du contraire, nous en avons engagé ! ». Notre formatrice n’a même pas eu la peine d’intervenir. CQFD.

Personne ne sera licencié, les gens seront placés et reformés là où ils ont une réelle valeur ajoutée

Pour clore la dégustation, une introduction rapide au sujet du Six Sigma sera présentée ainsi que les différences entre les formations du catalogue.

Il est près de 21 h 30 lorsque la soirée se termine. Les participants ont une vision plus claire de la méthodologie Lean Six Sigma et chacun repart avec ce qui lui conviendra de mieux pour la suite. « Peut-on avoir les adresses mail des uns des autres ? » nous lance un des membres du groupe. Bien sûr, la dégustation, c’est aussi une manière de networker. « Parce qu’on voudrait bien rester en contact pour être certain de se retrouver dans le même groupe de formation ». Quand on vous disait que le Lean rapprochait les gens…

Et vous ? Avez-vous eu l’eau à la bouche en lisant l’histoire de cette dégustation ? Et si vous veniez aussi goûter au Lean Six Sigma pour vous décider à choisir une de nos formations certifiantes ?